Photographie animalière : pourquoi mes images sont-elles floues?

Avoir une image nette, c'est bien l'un des plus gros défis dans la photographie animalière. Bien que ceci peut paraître banal, c'est bel et bien un enjeu de taille car ce n'est pas si simple que ça. Une photo bien nette dépendra de plusieurs facteurs.


jérémie leblond-fontaine, nature, photographer, quebec, canada, photographe nature, paysages, landscapes, wildlife, faune sauvage, photographe québec, photographe lévis, algonquin provincial park, ontario


La mise au point



Le premier élément qui vient en tête est la mise au point. Avec les appareils modernes, on se fit beaucoup sur l'autofocus pour réaliser le tout et c'est parfait ainsi. Cependant, il faut choisir les bons modes et l'autofocus n'est pas parfait non plus. Pour un sujet en mouvement, il faut choisir le mode de focus continue (AF-C chez nikon, AI Servo chez Canon, etc.). Pour un sujet immobile, on peut choisi le mode "One shot" ou continue, les 2 fonctionnant bien même avec un sujet immobile. L'avantage du monde "One shot" sur les sujets immobiles est que l'on peut faire la MAP et ensuite recadrer. En mode Continue, on peut le faire en désactivant la MAP sur le déclencheur et en utilisant le bouton AF-ON à l'arrière du boitier.

L'endroit de la MAP doit être sur l'oeil de l'animal. Dans 99.9% du temps, si l'oeil est hors focus, c'est raté. Le manque de netteté sur l'oeil viendra immédiatement déranger la personne qui regarde la photo.

jérémie leblond-fontaine, nature, photographer, quebec, canada, photographe nature, paysages, landscapes, wildlife, faune sauvage, photographe québec, photographe lévis, algonquin provincial park, ontario
La MAP est faite sur l'oeil, où l'on veut que l'attention soit portée.


Il peut exister une différence entre l'endroit où l'appareil fait la MAP et l'endroit où elle doit être fait. C'est dans ces cas précis où le micro-réglage de l'autofocus entre en jeu. Dans un réflex, la MAP est réalisée via un capteur sous le miroir (les appareils sans miroir n'ont pas ce genre de problème), et il peut avoir une différence avec la MAP sur le capteur. Les nouveaux boitiers disposent d'un réglage de l'AF automatique mais on peut régler le tout de manière manuelle. Si vous parlez l'anglais, je vous recommande ce vidéo de Steve Perry qui explique très bien la chose.




La vitesse


En photographie animalière, on utilise souvent de longues focales. La vitesse est donc cruciale pour obtenir une image bien nette et les règles qui s'appliquent généralement à la photographie de paysage et de rue ne s'appliquent pas.

La règle du 1/f : En général, on recommande d'avoir 1/f s pour éliminer le mouvement que les mains produisent. Pour un objectif 50mm, on recommande donc d'avoir 1/50s pour éliminer la vibration du corps. En photographie animalière, je préfère avoir 1/(2 x f) s. Pour un objectif 500mm, je préfère donc avoir une vitesse d'au minimum 1/1000s . Cela a 2 avantages. Puisque l'objectif est très lourd, je suis parfaitement sûr que mon mouvement n'affectera pas l'image. Ensuite, si l'animal décide de bouger, la vitesse est suffisante pour figer le mouvement. 1/1000s avec un 500mm, ce n'est pas beaucoup pour figer un oiseau en vol par exemple. Tout dépendra de l'animal et du résultat désiré.

jérémie leblond-fontaine, nature, photographer, quebec, canada, photographe nature, paysages, landscapes, wildlife, faune sauvage, photographe québec, photographe lévis, algonquin provincial park, ontario
1/1000 a été suffisant pour figer le mouvement de ces 2 pygargues à tête blanche


Pour un animal en mouvement rapide, je préfère alors une vitesse entre 1/2000s et 1/3200s pour être bien sûr de figer le mouvement. Pour un animal lent, je peux descendre ma vitesse comme mentionné précédemment.

En cas de condition de lumière faible : Lorsque la lumière n'est pas au rendez-vous, je peux descendre ma vitesse encore plus bas pour éviter de trop monter la sensibilité du boitier. Cela permet de garder une bonne qualité d'image. Cependant, une image avec un flou de bouger EST BIEN PIRE qu'une image avec du bruit. Je préfère et de loin avoir une image avec du bruit qu'une image floue!

La sensibilité


C'est plutôt rare que cette variante est évoquée lorsqu'on parle de netteté, mais elle a bien une influence sur la netteté. Plus la sensibilité (ISO) sera élevée sur le boitier, plus on perd en netteté. Si on photographie à 3200 iso, il ne faut pas s'attendre à ce que l'image soit aussi nette qu'à 100 iso. En montant la sensibilité, on perd l'effet 3D de la photographie et on sent l'image s’aplatir, et par le fait même on perd en netteté. 

jérémie leblond-fontaine, nature, photographer, quebec, canada, photographe nature, paysages, landscapes, wildlife, faune sauvage, photographe québec, photographe lévis, algonquin provincial park, ontario
6400 iso sur cette image était nécessaire pour avoir une vitesse de 1/320 avec une focale de 500mm

jérémie leblond-fontaine, nature, photographer, quebec, canada, photographe nature, paysages, landscapes, wildlife, faune sauvage, photographe québec, photographe lévis, algonquin provincial park, ontario
On voit le manque de netteté causé par la haute sensibilité, mais l'image est utilisable grâce à la grande netteté de l'objectif


L'objectif utilisé


La qualité de l'objectif vient jouer beaucoup sur la netteté. Un objectif haut de gamme offrira une netteté impeccable, sur tout le cadre, tandis qu'un objectif plus d'entrée de gamme offrira une netteté moindre. À pleine ouverture, l'objectif d'entrée de gamme sera souvent très mou, très peu net, tandis que l'objectif professionnel sera très net.

L'ouverture optimale : L'ouverture à laquelle l'objectif est le plus net est généralement 2 crans de lumière fermés par rapport à l'ouverture la plus grande. Par exemple, un objectif f2.8 sera à son plus net autours de f5.6 . En utilisant cette ouverture avec un objectif d'entrée de gamme, on minimise le fait que l'objectif manque de netteté.

jérémie leblond-fontaine, nature, photographer, quebec, canada, photographe nature, paysages, landscapes, wildlife, faune sauvage, photographe québec, photographe lévis, algonquin provincial park, ontario
Un objectif fixe 500mm offre de grandes qualités optiques


Les conditions climatiques


Avec de longues focales, on est souvent loin de l'animal que l'on photographie. Même si on a une vitesse suffisante, même si l'AF est bien réglé et la MAP bien faite sur l'animal, on a parfois un résultat plus que moyen. Le fait que l'on soit éloigné du sujet accentue certains phénomènes. 

L'humidité dans l'air : L'humidité dans l'air, particulièrement lors des chaudes journées d'été, peut se voir dans les images. Et comme on est éloigné du sujet, la quantité de particules dans l'air qui se trouve entre l'appareil et l'animal est plus grande. On observera un voile apparaître dans l'image, et par le fait même, une perte de netteté. La seule solution est de s'approcher. On peut utiliser un outil comme la correction du voile dans Lightroom, mais le résultat est généralement moyen.

jérémie leblond-fontaine, nature, photographer, quebec, canada, photographe nature, paysages, landscapes, wildlife, faune sauvage, photographe québec, photographe lévis, algonquin provincial park, ontario
Ici, même au 70-200, le brouillard était tel qu'il était perceptible sur les images


La distorsion de chaleur : La distorsion de chaleur survient lorsque le soleil tape directement le sol ou une surface en la réchauffant. On peut observer ce phénomène autant l'hiver que l'été. C'est exactement le phénomène que l'on observe lorsqu'on regarde l'asphalte l'été sous le gros soleil. Une ondulation, comme au dessus d'un BBQ, apparaît au dessus de la surface. Cet effet est encore plus visible lorsqu'on est loin, pour les mêmes raisons que mentionnées pour l'humidité. Dans ce cas également, la seule solution est de s'approcher.

jérémie leblond-fontaine, nature, photographer, quebec, canada, photographe nature, paysages, landscapes, wildlife, faune sauvage, photographe québec, photographe lévis, algonquin provincial park, ontario
Ici, même avec une proximité courte, le soleil tapait directement sur la paroi rocheuse et la distorsion était visible. Impossible de prendre une image nette.

jérémie leblond-fontaine, nature, photographer, quebec, canada, photographe nature, paysages, landscapes, wildlife, faune sauvage, photographe québec, photographe lévis, algonquin provincial park, ontario
Ici, même endroit mais avec une lumière diffuse par temps nuageux. Aucun problème de netteté.

En résumé 


Pour obtenir une image bien nette, il faut :
  • Une vitesse suffisamment élevée pour les conditions dans lesquelles on photographie
  • Un AF bien réglé
  • Une sensibilité par trop élevée
  • Un bon objectif
  • Des conditions climatiques favorables

Bonne photo!

Commentaires

Articles les plus consultés