La publication et l'utilisation des photographies sur Facebook

Je n'avais pas l'intention d'écrire ce billet. En fait, j'ai plutôt préféré me retirer du sujet en ne photographiant tout simplement plus des concerts underground comme j'aime tant le faire. Cependant, à la demande de quelques amis, je vais exposer ici ma vision de ce que je pense de l'utilisation non-autorisée de photographies publiées sur Facebook.




Je ne désirais pas écrire ce billet car je ne voulais pas que ceci passe pour un règlement de compte avec certaines personnes ou groupes de musique qui ont utilisé mes images. Comme un ami disait : comment peuvent-ils savoir que ce qu'ils ont fait est mal s'ils ne le savent pas? C'est un peu triste d'avoir à expliquer pourquoi voler une photographie est "mal".

Mention qui est affichée avec chacune des images publiées


Beaucoup de photographes photographient par passion. C'est mon cas. J'ai couvert beaucoup de concerts à mes frais, en payant mon entrée comme tout le monde. J'ai longtemps joué dans des groupes issus de la scène underground et je connais leur réalité. J'achète de la merch, j'encourage les groupes qui jouent aux concerts. Si je décide d'apporter ma caméra, c'est que j'ai un certain intérêt envers l'événement ou les groupes qui y jouent. Je le fais par plaisir, principalement. Parfois, on me le demande. Parfois, comme ce fût le cas récemment, des organisateurs de concerts me demandent de photographier leur événement. Parfois j'accepte, parfois non. Parfois je suis rémunéré, parfois non. Certains événements sont à but lucratif, d'autres non. Si un groupe désire faire sa promotion avec mes images, il me paie pour les photographier, comme on paie un studio d'enregistrement pour son disque, comme on paie un vidéaste pour la réalisation d'un clip
Cold North à Victoriaville, 2013

Un cas spécial avec la photographie? 

Mais il existe avec la photographie une mentalité qui diffère des autres sphères de la promotion. Cette mentalité de "je fais ce que je veux avec ta photographie, je suis dessus elle m'appartient" que l'on ne retrouve pas avec les vidéos clip par exemple. Quelqu'un qui s'amuse à filmer un concert ne verra jamais sa vidéo enregistrée puis republiée par un des groupes présents. Peut-être parce que c'est plus difficile de le faire, parce que c'est plus long. En photographie, c'est tout le contraire. Je ne compte plus le nombre de fois que mes photos ont été republiées, avec ou sans crédit photo.

Pourquoi est-ce si grave? 

C'est d'abord une question de respect. Si un groupe désire utiliser une photographie pour sa promotion, la première étape serait d'abord de demander l'autorisation d'utiliser la photo. Ensuite, si le groupe désire faire sa promotion avec une photographie, c'est qu'il croit gagner en visibilité avec celle-ci. Par le fait même, plus de concert, plus de vente de disques, plus d'argent au final. Alors si l'utilisation de la photographie apporte un revenu supplémentaire au groupe, pourquoi ne devrait-il pas payer pour son utilisation? C'est encore plus insultant quand ces groupes n'hésites pas à payer une multinationale telle que Facebook pour des publicités alors qu'ils ne sont pas capables de donner un sous au photographe? Pourtant, lors de l'enregistrement de leurs disques ou de la réalisation de leurs vidéo clips, ils ont payés les artistes qui les ont réalisé.

La photographie, sans vouloir paraître prétentieux, ça coûte cher. Je traîne des milliers de dollars en équipements dans les spectacles. Il n'y a personne qui paie pour cet équipement là, en fait oui, il y a moi. Si je désire que mes photographies restent sur ma page ou mon site web, c'est seulement moi que ça regarde. Je me rappelle très bien m'être fait crier des bêtises lorsque j'avais mis des photographies de concerts sur mon site web directement et que les gens ne pouvaient pas les "utiliser" sur Facebook car elles n'y étaient pas.

Il est également assez dérangeant lorsqu'une personne ou un groupe décide d'appliquer un filtre cheap instagram à ta photographie. Si je décide de publier une photographie en couleur, c'est parce que je l'aime ainsi et que je désire qu'elle soit vue ainsi. Advenant que j'utilise sans autorisation une chanson d'un groupe, que je remix cette dernière en y ajoutant beaucoup d'effets, je ne suis pas certain que ce dernier aimerait beaucoup voir sa chanson être publiée ainsi.

Harriers au Trois-Rivières Hardcore Fest, 2012

Quel impact pour le photographe?

Les médias sociaux sont très importants pour le travail d'un photographe. C'est là que la plupart de ses revenus sont générés. Non pas directement, mais indirectement. C'est aussi important que son site web. C'est là qu'il rejoint ses clients, publicise son travail, présente son travail, etc. En republiant les photographies sur une page tiers, c'est toute cette visibilité que l'on enlève au photographe. Cette visibilité, c'est bien souvent la seule paie que ce dernier obtient lors de la couverture d'un concert. Si je peux me permettre de photographier gratuitement des concerts, c'est bien parce que je travaille ailleurs. Même si le crédit photo est mentionné, la portée est très négligeable.
Harriers au Broughton Fest 2017

"Je n'ai jamais demandé à être photographié!"

Pour bien des gens, ils n'ont aucun problème à ce qu'on les photographie jusqu'au moment ou ils désirent utiliser tes photographies et que tu refuses. D'ailleurs, dans le cadre d'un événement ou un artiste se produit en public, nul consentement n'est nécessaire pour prendre la photographie ou la publier.

La différence entre l'utilisation par un groupe et par une personne

Il existe une différence lorsqu'une personne utilise une photographie pour son compte personnel et lorsqu'un groupe l'utilise pour sa page officielle. Dans le premier cas, comme mentionné, c'est une utilisation personnelle : photo de profil, photo de couverture. Demander d'utiliser la photo est tout de même de mise. Comme mentionné précédemment, pour le groupe, le tout se veut pour publiciser ce dernier. On ne peut donc pas considérer les 2 utilisations comme similaires.

"Oui, mais on t'a donné le crédit photo!!"

Les crédits photo, ça ne paie pas les factures. Je m'imagine déjà entrain de voler un gilet d'un des groupes, et me faisant prendre, je leur répond que je vais dire aux gens qui me verront le porter que c'est un gilet de leur groupe. Un crédit photo, c'est d'abord normal d'être mentionné, mais ce n'est pas une paie, ce n'est pas une justification, ce n'est pas une raison pour utiliser sans autorisation une image. Cette excuse est d'ailleurs utilisée par beaucoup trop d'organismes : agences de tourisme, médias et compagnie.

Marcanciel au Giveback Fest 2017

 

"Oui, mais si tu ne veux pas qu'on "utilise" tes photos, prends en pas!!" 

D'abord, lorsque je me fais dire cette phrase, je suggère de remplacer le verbe "utiliser" par "voler". C'est beaucoup plus adéquat comme terme. Je trouve plutôt de mauvaise fois que de mettre la faute sur la personne qui désire faire respecter son droit plutôt que sur celui qui commet la faute. Dans certains cas, je le fais pour le plaisir. Donc oui, la prochaine fois, je n'en prendrai pas. Dans d'autres cas, on me demande de le faire. Donc oui, la prochaine fois, je n'en prendrai pas. 

Au final?

Bon, j'ai peut-être l'air de m'en faire avec pas grand chose direz-vous? Je me pose souvent la question. Je me sens souvent lésé dans ce genre de situation. Je sens que le travail que je fais n'est pas reconnu, n'a peu de valeur. Les gens ont beau dire qu'ils apprécient de voir ces images, mais lorsque je leur dis qu'elles ont une valeur, ils te répondent : "Voyon, c'est juste une photo". Je perçois ceci comme un grand manque de respect. On peut penser que je prend ces photos pour me faire de l'argent. Au contraire, lorsque des groupes au faible budget me demande d'utiliser mes images, j'accepte dans la grande majorité du temps, ou je leur charge un montant très bas. Sauf qu'à un moment donné, je désire que mon travail soit respecté. Je n'ai plus vraiment le goût d'avoir à défendre mon point et de me faire manquer de respect. Car oui, ça arrive pratiquement à tous les spectacles. J'espère que ceci saura faire la lumière sur le sujet, mais je demeure sur ma position initiale : j'avais arrêté de photographier des concerts underground à cause de ça, je vais continuer de le faire.

Commentaires

  1. upload tes photos avec une très basse qualité en petit format et impose une signature(watermark) sur la photo pour quiquonque voudrais la publié. De cette façon tu pourrais gagné de la visibilité et peut-être même un plus grand respect de la part des gens qui veulent utiliser tes photos. Je pense personellement qu'une photo publiée sur facebook n'est peut-être pas prise aussi sérieusement qui si celle-ci serait publié sur un site avec un blog dédié a la photographie. Tous les points apportés dans ton billet sont très valides et tu ne devrais porté trop d'attention au gens sans scrupules qui te lancent des injures, prends une grande fierté dans ce talent que tu possède.
    Frank Lariviere

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés