Le 200-500mm de Nikon

Voilà quelques semaines maintenant que j'essaie "super zoom téléphoto" AF-S NIKKOR 200-500 f5.6E ED VR. Je cherchais un objectif plus léger, plus compact et plus tout aller que ma gigantesque et lourde 500mm f4. Allons voir ce que cet objectif a dans le ventre!




Première prise en main et premières impressions

Je déballe l'objectif, je le sors. Le poids de l'objectif me frappe en premier. Il est certes beaucoup plus léger que ma 500mm, mais je m'attendais à un poids moindre. J'ai déjà testé la première version de la Tamron 150-600mm et elle était beaucoup plus légère. Il faut dire que j'ai regardé quelques tests sur internet, quelques comparatifs, mais je désirais vraiment essayer cet objectif. Je n'avais pas pris connaissance de certains détails, comme le poids. J'avais vu des articles avec des chartes, avec des tests plutôt "studio", mais pas beaucoup de tests sur le terrain, ce que je vais tenter de faire ici.

Je monte ensuite l'objectif sur mon boitier. Je remarque immédiatement que le focus risque d'être lent. En faisant la mise au point sur un élément proche, puis plus loin, le temps est relativement long. Je suis habitué avec la 500mm ou la 70-200mm qui sont extrêmement rapides. Je sais qu'on ne parle pas des mêmes focales, du même prix, de la même qualité, mais c'est tout de même en une alternative à ces objectifs que se présente la 200-500mm.

Je m'amuse à prendre quelques images, à l'intérieur, il est 21h30. Regarder dans le viseur est un exploit, il y fait pas mal noir. Je regarde à travers un objectif d'une ouverture maximale de 5.6, contrairement à f4 ou f2.8 pour mes autres objectifs. Le VR semble assez performant, j'obtiens des photos nettes à des vitesses très lentes pour les focales auxquelles je photographie. La netteté semble au rendez-vous. Je photographie à très haut iso, mais c'est net (ou du moins, ça en a l'air dans le boitier). Je teste le micro-réglage de l'autofocus et aucune modification n'est nécessaire.

Ce sont mes premières impressions : objectif lourd, focus lent, VR efficace, bonne netteté. J'ai hâte de voir ce qu'il a dans le ventre sur le terrain. En rangeant l'appareil dans mon sac photo, le collier de trépied m'empêche d'insérer le tout au complet (comme avec ma 500mm). Je dévisse donc la molette, le tourne et puis hop, le collier de trépied sort de son emplacement pour être bloquer par le boitier. Je réalise immédiatement que ceci pourrait être très dangereux lors d'une manipulation ou l'objectif est séparé du boitier. Un client m'a récemment fait part qu'il avait échappé l'objectif à cause de cela.

Premières impressions sur le terrain

J'ai amené avec moi la 200-500 pour quelques séances avec les renards et quelques séances avec les ours. Le fait de me promener longtemps avec l'objectif m'a permis de constater que le poids n'était pas vraiment un problème. Il faut dire que je photographiais souvent avec la 500mm à main levée, donc j'ai du m'y faire avec le temps. Avec les ours, entre autre, j'ai marché 14km avec l'objectif en bandoulière et j'étais assez confortable à la fin.

Première visite avec les renards. 

Je n'ai pas eu des conditions de lumière du tonnerre lors de mes sorties. Ma première rencontre fut dans un boisé avec une famille de renard. Les iso dans le tapis (voir mon article sur l'utilisation des haut iso en photographie animalière), je n'avais pas trop d'attente. Comme on perd en netteté avec la montée en sensibilité, il faut que cette dernière soit très bonne pour que l'on note une bonne netteté en haut iso.

Photo brute, réglages par défaut dans Lightroom, léger recadrage.
Nikon D800 + AS-F 200-500mm f5.6E
Réglages : 1/320s, f5.6, iso 6400, VR ON


Crop 100%, réglages par défaut dans Lightroom.
Nikon D800 + AF-S 200-500mm f5.6E
Réglages : 1/320s, f5.6, iso 6400, VR ON

Photographie finale, développée dans Lightroom et Photoshop
Nikon D800 + AF-S 200-500mm f5.6E
Réglages : 1/320s, f5.6, iso 6400, VR ON


Avec cette première image, on constate d'entrée de jeu que le rendu des couleurs, le contraste et la netteté sont au rendez-vous. La verdure est un peu terne, probablement due au moment de l'année plutôt qu'à une perte de saturation. La montée en iso peut également avoir cet effet, mais ça ne semble pas le cas ici. La netteté est tout simplement incroyable. La mise au point avait été faite sur le visage de la renarde, et comme le recadrage 100% le montre, c'est très net.

Lors de cette prise de vue, j'ai perdu à quelques reprises le focus. Je ne peux malheureusement pas comparé à ce que ça aurait été avec un autre objectif, mais dans des conditions de lumière si difficile (temps nuageux, sous un couvert forestier, tôt le matin, réglages extrêmes), je ne m'attendais pas à tant de l'objectif. La mise au point a été pile poil sur la grande majorité des images.

Deuxième visite avec les renards.

Pour cette seconde visite, j'ai eu tout le contraire des dernières conditions. Ciel sans nuage, un soleil de plomb, une deuxième tanière à découvert du couvert forestier.


Photo brute, réglages par défaut de Lightroom, aucun recadrage
Nikon D800 + AF-S 200-500mm f5.6E
Réglages : 1/1000s, f5.6, iso 400, VR ON

Photo brute, réglages par défaut de Lightroom, crop 100%
Nikon D800 + AF-S 200-500mm f5.6E
Réglages : 1/1000s, f5.6, iso 400, VR ON

Photo développée dans Lightroom et Photoshop
Nikon D800 + AF-S 200-500mm f5.6E
Réglages : 1/1000s, f5.6, iso 400, VR ON

Je n'ai pas trouver particulièrement plus performant l'autofocus que la dernière fois. Je l'ai perdu quelques fois, sans plus. Et lorsqu'il accroche, c'est pile poil dessus. Sur cette image, la mise au point a été faite sur la tête du renardeau. Le contre-jour est très présent, et l'appareil a tout de même bien réussi à faire la MAP sur la tête (ce qui est parfois difficile avec certains objectifs / boitiers). La qualité globale de l'image est bien.

Photo brute, réglages par défaut de Lightroom, léger recadrage
Nikon D800 + AF-S 200-500mm f5.6E
Réglages : 1/500s, f5.6, iso 720(iso auto), VR ON

Photo brute, réglages par défaut de Lightroom, crop 100%
Nikon D800 + AF-S 200-500mm f5.6E
Réglages : 1/500s, f5.6, iso 720(iso auto), VR ON
Photo développée dans Lightroom et Photoshop, léger recadrage
Nikon D800 + AF-S 200-500mm f5.6E
Réglages : 1/500s, f5.6, iso 720(iso auto), VR ON

L'objectif réagi bien dans des situations de lumière plutôt difficile. Ici, un petit rayon de soleil traversait les arbres en fin de journée. Complètement couché au sol, la mise au point accrochait souvent sur l'avant plan, ce qui est tout à fait normal. Encore une fois, un bon rendu au niveau du piqué. Il y a un léger manque de netteté, peut-être que l'objectif a fait le focus un petit peu à côté de l'endroit voulu, peut-être à cause de ma position et du flou du sol, peut-être un peu de distorsion de chaleur.

Troisième visite avec les renards

Temps très nuageux, pluvieux par moment. La lumière était assez faible, mais j'ai pu testé quelques aspects que je n'avais pas pu faire avant cette journée.


Photo brute, réglages par défaut de Lightroom, léger recadrage
Nikon D800 + AF-S 200-500mm f5.6E
Réglages : 1/1000s, f5.6, iso 1600, VR ON

Photo brute, réglages par défaut de Lightroom, crop 100%
Nikon D800 + AF-S 200-500mm f5.6E
Réglages : 1/1000s, f5.6, iso 1600, VR ON

Photo développée dans Lightroom et Photoshop, léger recadrage
Nikon D800 + AF-S 200-500mm f5.6E
Réglages : 1/1000s, f5.6, iso 1600, VR ON

La principale raison pour laquelle je montre cette image est le bokeh. J'avais lu que le bokeh de l'objectif n'était pas top comparativement aux autres objectifs. C'est certain qu'il est plus défini à f5.6 que celui d'une 500mm à f4, mais je suis agréablement surpris par la qualité de ce dernier comme le montre cette image. Il n'y a pas de quoi être gêné.


Quelques images supplémentaires prises avec l'objectif


D800 + 200-500mm F5.6 - ISO 6400, f5.6, 1/80s

D800 + 200-500mm f5.6 - ISO 800, f5.6, 1/2500s

D800 + 200-500mm f5.6 - ISO 800, f5.6, 1/200s

D800 + 200-500mm f5.6 - ISO 100, f10, 1/200s

D3s + 200-500mm f5.6 - ISO 1600, f5.6, 1/200s

D3s + 200-500mm f5.6 - ISO 400, f5.6, 1/640s

D3s + 200-500 f5.6 - ISO 400, f5.6, 1/400s


Le verdict final

Pour :

Qualité d'image incroyable
Poids (comparativement à la 500mm)
Stabilisation efficace
Polyvalence
Prix (1699$+tx en magasin)

Contre :

Collier de trépied
Vitesse de focus
Ouverture de 5.6 (comparativement à la 500mm)


Je dois avouer que j'ai quand même creuser fort pour trouver des points négatifs. La qualité d'image que l'objectif offre surpasse tous les points négatifs qu'il peut avoir. Je vais pouvoir le tester avec des oiseaux en vol cet été lors de mon passage en Gaspésie et sur la Côte Nord.

Bonne photo!

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés