L'histoire derrière l'image #05



C'était au début août de cette année. Je me cherchais un nouvel endroit pour photographier la voie lactée et les étoiles. Quelques recherches sur les internets m'amène vers des informations sur le mont du Dôme, situé tout près du Mont du Lac des Cygnes (que l'on peu voir à gauche de l'image). Le sentier est beaucoup moins fréquenté que son populaire voisin, et offre un magnifique point de vue sur cette vallée.

Je quitte donc Québec en milieu d'après-midi. Je passe m'enregistrer au bureau d'accueil de la ZEC des Martres (l'enregistrement est obligatoire), et je suis déjà parti sur le sentier. Mon sac à dos doit bien faire 30 ou 35 livres. Il pèse lourd sur mes épaules : 2 trépieds, 2 boitiers, 3 objectifs, 3 litres d'eau, de la nourriture, plusieurs accessoires, des vêtements chauds pour la nuit, etc. Je suis bien content d'avoir mes bâtons de marche qui me donne un sacré coup de main sur la montée. Le sentier est bien entretenu, la montée pas trop raide, juste assez pour maintenir le rythme cardiaque. Je remarque le long du sentier des baies. Il faudra que je sois vigilent lors de la descente si je ne veux pas faire une rencontre inattendue. 

J'atteins le sommet vers 19h. Il me reste une heure devant moi avant le coucher du soleil. J'en profite pour casser la croute, faire sécher mon t-shirt, me sécher moi-même, prendre quelques clichés à l'heure dorée. Le vent est soutenu au sommet. Je cherche et trouve une roche qui me permettra (à l'aide d'une corde) de stabiliser un de mes trépieds. L'autre sera finalement stabilisé par mon sac puisqu'une seule roche était dans le secteur.

Le soleil se couche, la prise de vue débute. La nuit tombe vite, et la température aussi. Sur la route, à la radio, on y disait que les températures pourraient chuter jusqu'à 8 degrés sur Québec durant la nuit. Je me rend vite compte que j'ai peut-être un peu négliger la quantité de vêtements à apporter. J'essaie de bouger, je me réfugie dans la forêt plus dense (parmi les mulots qui se promènent autour de moi), mais j'essaie de ne pas aller trop loin car mes boitiers sont dans des emplacements plutôt... risqué. Ce que je n'ai pas mentionné, c'est que je les stabilise à cause du vent pour qu'ils ne bougent pas, mais également pour qu'ils ne tombent pas en bas de l'énorme rocher sur lequel je suis. Une chute d'environ 20 pieds les attendrait.

La nuit tombe, la voie lactée se montre. Je réalise des photos pendant environ 2h, puis remballe l'équipement. J'ai froid, mon genou me fait terriblement mal, et je commence à ressentir la fatigue. J'active de la musique sur mon téléphone. C'est mon petit truc pour émettre constamment un bruit lorsque je marche dans la noirceur. Cela permet d'avertir les animaux de notre présence avant notre arrivée. Je redescend par un autre sentier que celui par lequel je suis monté. Il est plus abrupte, mais plus court.

À mon arrivée à la voiture, je remarque qu'on a essayé d'ouvrir ma voiture. Une pièce de caoutchouc est placé sur la fenêtre du côté passager. J'en conclu que les personnes qui désiraient voler ma voiture (ou son contenu) se sont fait prendre sur le fait, laisser cette pièce en place. Il faut toujours être vigilent, et ne pas laisser de matériel de valeur dans vos voitures (dans la mesure du possible).

EXIF de l'image :
Nikon D600 + 14-24mm F2.8
ISO 3200, F2.8, 30s

Commentaires

Articles les plus consultés